40 jours déjà, ne l’oublions pas…

40 jours déjà, ne l’oublions pas…

Elle a compris que la peur de l’étranger était toujours mal fondée, elle a pédalé, poussé, porté, est resté 2 jours sans manger, 1 sans boire, elle a bivouaqué seule dans la jungle avec pour décor des oiseaux qui lançaient des éclairs avec leurs yeux, elle a traversé de multiples rios, a affronté le soleil brulant, le vent, l’orage, les pluies torrentielles et même la neige. Les camions l’ont souvent déséquilibrée, les coulées de boue et les routes effondrées l’ont ralentie sans jamais l’arrêter, elle a été victime de la grippe latino-américaine, de multiples turistas, de fièvres, d’innombrables piqures d’insectes, d’hématomes et plaies diverses, et même d’un accident de la circulation (heureusement sans gravité) impliquant 4 camions, un chien et elle-même,elle a été prise en otage plusieurs fois, a gravi en vélo un col à plus de 4000 mètres, escaladé (à pied) un sommet à 4700 mètres, a parcouru 15OO km, fait des milliers de mètres de dénivelée, elle a dansé, chanté, bu du vin chaud à 4000 mètres, elle a du faire face à une attaque de brigands dont le plus jeune avait six ans, fait de multiples rencontres toutes aussi inoubliables les unes que les autres, a parfois cherché longtemps un endroit où dormir, elle a du rouler de nuit, parle maintenant l’espagnol avec l’accent vénézuelien, elle a bu des milliers de litres de coca et de catogate, mangé des tonnes de chocolat et des centaines d’arepas, fait plein, plein de photos, elle a écrit des milliards de mots,s’est branché internet aussi souvent que possible, elle a aimé à la folie la Cordillera de la Costa et le peuple de la mer, n’a pas aimé les autopistas, elle a appris à respecter la force de la Cordillère des Andes,  elle a découvert au  Vénézuela des trésors cachés, est devenue une star, a accordé des centaines d’interviews, a souri aux cameras, son moral est toujours resté au beau fixe, son vélo a subi une morsure de chien, 2 déraillements, plusieurs déréglages de frein, un décollement de poignée, pas encore de crevaison, il est tombé plusieurs fois, toujours de son corps elle a amorti ses chutes,elle l’a lavé, dégraissé, regraissé, regonfflé aussi souvent que nécessaire, ses sacoches ont cassé 3 fois, elle a su réparer. Toujours elle a trouvé auprès du peuple vénézuelien, accueil, chaleur, encouragements, hospitalité et aide, elle les remercie du fond du cœur. Elle se dirige maintenant vers la Colombie, son problème majeur étant pour l’instant de faire sécher ses affaires…

40 jours déjà, ne l’oublions pas, elle ne vous oublie pas, vous remercie de votre soutien et vous envoie deux de ses deux spécialités : des mots et des bisous…

Ce contenu a été publié dans Venezuela, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à 40 jours déjà, ne l’oublions pas…

  1. Je te laisse en récompense (est-ce vraiment une récompense ?) 40 bisous.
    Tu pourras maintenant m’appeler « Janodou et les 40 bisous »
    Hasta pronto, càd à l’article suivant

  2. Jean de Jonch.... dit :

    Un résumé de 40 jours à couper le souffle ! encore Chapeau ! Bravo et courage, ça prouve que quand on veut on peut … si ce n’est soulever des montagnes, gravir des sommets que l’on croyait inaccessibles jusqu’à là et tout, et tout le reste. J’attends une photo de Colombie.
    Bises Jean

    • Francoise dit :

      Merci Jean, je vais envoyer les photos ce soir, je pense effectivement que quand on veut on peut, mais pas toujours… Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *