Article spécial : 41 mois de pédalage en Amérique Latine…

41 mois de pédalage à eux 3
Près de 50 000 kilomètres
Des milliards de mètres de dénivelée
Du bonheur, des sourires, des galères, beaucoup de galères, mais tant et tant de bonheur…

Voilà Enzo, Corinne et Françoise…

La grande c’est Corinne, c’est derrière elle que court inlassablement Enzo…
La petite c’est Françoise, l’abuelacyclofluo …

Tous bien sûr, vous vous souvenez d’Enzo, c’est lui qui m’a envoyée me perdre dans les déserts du nord du Chili (il a renouvelé ses méfaits avec Jean-Luc) sur des pistes infernales inventant un jeu de pistes encore plus infernal, c’est lui qui m’a envoyée traverser le salar du Coïpasa avec pour seuls indices viser une montagne à deux cornes et viser un arbre (il a renouvelé ses méfaits avec Jean-Luc), c’est lui qui m’a envoyée me baigner dans des geysers (il a renouvelé ses méfaits avec Jean-Luc)…

Il a fait quoi encore Enzo ? Il m’a traitée de tarée quand j’ai traversé le désert d’Atacama, il a majoré mes douleurs musculaires en me faisant hurler de rire quand j’étais coincée dans mon lit du coté de Mendoza, il m’a pris la tête avec ses AAA quand à Taltal j’attendais que l’une de mes fractures consolide un peu, après c’est de OOO qu’il a couvert de beau le paso Aguas Negras, après il y a eu une sombre histoire de petites culottes, je passe…

Jamais, jamais il ne m’a découragée quand j’ai affronté l’hiver austral…

Alors pour Enzo, tous en choeur : merci Enzo

Quand même, quand même je me souviens...

 

 

Les camions tueurs en s’approchant du salar de Surire, alors j’ai essayé de le noyer dans son étang…

 

 

 

Un jour entier pour aller chercher ma baguette de pain à Putre, alors je l’ai bombardé d’atomes…

 

 

Il a voulu me perdre définitivement dans son paso du diable, alors moi je l’ai emmené là :

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     Remarquez que pour tenter de m’échapper,  il est devant Corinne (parce que d’habitude c’est le contraire) …

Enzo, non, non, pas les pavés, pas les pavés…

Vous vous rappelez de la passerelle spéciale Enzo où on ne peut passer à coté du vélo ? Vous vous rappelez des ponts fous du Pérou ?  Vous savez pourquoi Corinne et Enzo les passent sans problème ? Ils s’entraînent tous les dimanches…


                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Admirez l’aisance de Corinne…

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                On ne peut pas en dire autant d’Enzo…

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       La cycloabuelafluo elle, assure…

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Et le Enzo vous le voyez là ?

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Là, vous ne le voyez plus ? Vengés Jean-Luc, vengés, nous sommes vengés…

Nous te haïssons Enzo, nous te haïssons, presqu’autant que nous t’aimons…

Et pour ceux qui en reveulent : www.cyclocosmos-protour.com

Voilà, bisous tout le monde, un spécial pour Corinne et Enzo qui comme c’est l’usage en Amérique Latine m’ont donné leur lit pour dormir…

Ce contenu a été publié dans Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Article spécial : 41 mois de pédalage en Amérique Latine…

  1. Enzo dit :

    Viendra ce jour grandiose où vous serez tous à mes pieds… (heu… pas pour mon enterrement je l’espère).

    Vive… heu vive quelque chose !!!!!

    Enzo

  2. JANODOU dit :

    Exquis ton article Françoise, EX-QUIS ! Il te ressemble tout à fait.
    Je vois qu’une amitié est née et je vous attends de pied ferme pour que je puisse faire partie de votre agréable confrérie, si vous m’acceptez bien entendu.

    Ah Enzo, s’il n’existait pas il faudrait l’inventer. Heu, avec modération tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *