El Trampolino de la muerte acte 2 en images

Le départ, sous la pluie…

On y va…

Adieu le rio Magdalena…

Des encouragements…

Isnos, dernier village avant plusieurs jours…

Tentative de repérage…

J’espère qu’il n’y a pas d’enfants dessous…

Un cheval heureux…

Un cheval qui se promène…

L’église du hameau de San Vicente ( dix familles)…

Installation de la tente, c’est humide…

Là ce sera mieux, merci mesdames…

Réveil difficile…

Au milieu de rien ils vendent des minutos (pour téléphoner)…

La der des der (de maison)…

La boue…

60 kg, même pour un militaire jeune et entrainé c’est dur…

Humour militario-colombien…

2ème bivouac, dans les marécages, mais sous haute protection…

Surprise du matin : du ciel bleu (vous inquiétez pas, cela ne va pas durer…)

Une vierge au milieu de rien (c’est comme les minutos, indispensable)…

Alors ça les ours j’avais pas prévu au programme, ma casserole est inaccessible au fond de la sacoche..

La pluie, c’était au programme…

Les frailejones sont quelque peu rabougris…

Et la piste est piste…

Les géologues au boulot, je veux une analyse complète de toutes les couches…

Etendage totalement inefficace…

Même dans la chambre il pleut, c’est la cata…

Même les poissons on est obligé de les faire sécher…

Une bonne soupe au coin du feu, quel bonheur…

4ème jour San Agostin-Popayan, premier obstacle

Pour certains la boue est le quotidien…

3ème obstacle du jour, il va durer longtemps celui-là et me mettre par terre deux fois…

C’est vraiment très dur, mes pneus ne sont pas adaptés…

Vélo et cyclo unis : un bloc de boue…

Et lui il se marre de voir ce bloc de boue passer…

Les chevaux sont totalement indifférents…

Lui, rien qu’à me regarder il est fatigué…

Là on rentre dans le magique …

Le très magique…

Y a pas ça dégouline de partout…

Ca c’est un pont pour Corinne et Enzo (explications sur demande)…

On me l’avait dit, on me l’avait dit que c’était dangereux…

Franchement  je n’en peux plus…

Et en plus ça s’éboule…

Je vais me transformer en vache (pour aller dans le camion…)

Re (cascade)

Coco je sais plus quoi…

Les traces de chute…

Et ma main, je vous ai pas dit, de tant être traumatisée, elle a fini par tomber, pas de bol, dans la soupe…

Un camion échappé de l’Equateur…

Arrivée à Popayan…

Popayan, trop beau…

Besos a todos

 

Ce contenu a été publié dans Colombie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à El Trampolino de la muerte acte 2 en images

  1. En effet, c’est une vraie galère la transmission !
    Patience

  2. Elodie dit :

    J’adore la photo de la patte de poulet dans la soupe : ça me rappelle le Pérou !
    bisous

    • Francoise dit :

      Mais c’est pas une patte de pouilet, c’est vraiment ma main, délicieuse la soupe par ailleurs, des fois il y a le cou, des fois des trucs que je sais pas ce que c’est mais c’est toujours bon, ici en Equateur (mais je ne suis qu’à 10km de la frontière) ils mangent la même chose.
      j’ai essayé de te téléphoner j’ai pas réussi, vais voir sur le net comment faire;
      Bisous et pense à l’adresse de Florina

  3. Enzo dit :

    Hola,

    Merci pour le petit pont de bois… on le rajoute à notre collection 😮

    J’espère vraiment que tu vas t’éloigner, petit à petit, (ou même très vite ce serait encore mieux) de cette « putain de bordel de pluie de merde qui fait chier ».

    Kisssssss

    • Francoise dit :

      Bin des fois je crois que je la traine avec moi… Aujourd’hui temps normal d’Equateur, beau dans la matinée et là orage, mais cet apremje suis tranquille dans une chambre d’hôtel… Alors le retour ça fait quoi ? Besosssssssssss

  4. Ange dit :

    Pr le petit pont de bois j’ai lu l’explication d’Enzo.
    Punaise la caillasse , la boue , la flotte !!! Mazette ! Les pneus, le dos doivent trinquer là …. Mais des paysages magnifiques !!!
    merci pr toutes ces photos…. Popayan détonne sur les cabanes aperçues précédemment…. Bon j’espère que le vélo et celle qui le chevauche courageusement chaque jour tiennent bon !
    Bises

    • Francoise dit :

      Ce que tu ne sais pas c’est que Enzo et Corinne ils les collectionnent en vrai les petits ponts de bois, ils les traversent en vélo, vrai de vrai, même que je suis bien leur itinéraire pour surtout ne pas prendre le même…
      La Colombie est une terre de contrastes étonnants, la Colombie est un pays qui m’a vraiment fascinée, si proche et si différent de nous, quand je reviendrai je vais étudier de plus près son histoire et l’approche sociologique qui en est faite car j’avoue que j’ai du mal à comprendre beaucoup de choses, il y a là-bas tellemnt tout et son contraire… A Bogota j’ai rencontré une française qui préparait le CAPES et qui avait fait un échange avec une colombienne, pour elle , le pays n’était pas « fini », reste que les colombiens se sentent tous colombiens, aiment et sont fiers de leurs pays.. Voilà, après deux mois en Colombie me reste mille interrogations…
      Le vélo a quelques problèmes, la cyclo aussi, mais dans l’ensemble on tient le coup…
      Bisous Ange

  5. ARDUIN-BOREL Marie-héléne dit :

    Quel contraste tes photos ? Mais, je continue à t’admirer, moi je ne sais pas si j’aurais
    fait tout çà!!!!!.
    Pour ce qui es de la soupe, peut-être et surement très bonne, mais franchement je prefere
    la mienne ou celle de mon mari, avec les herbes des près vieux.
    Toi, tu as eu de la pluie, et nous nos cimes sont toutes blanchies par la neige, de hier;
    Bisous; Mylaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *