J106 En mode pause

Le 16 juillet 2016

Hôtel à Dunapataje : 10 km

La météo étant exécrable j’ai décidé d’attendre confortablement dans un hôtel de meilleures conditions pour rouler.
Celui-ci est parfait : chambre spacieuse, propre, agréablement décorée, les bonnes ondes affluent sauf que :
La veille j’ai cherché désespérément la supérette.
Je tente une sortie le matin mais les trombes d’eau à l’horizontale m’en dissuadent, l’après-midi je ferai quand même 10 km pour la trouver… Et il n’y a pas grand chose…

IMG_2730

Mes tours  et retours dans le village me permettent d’admirer les cicognes.

IMG_2731

Une supérette sans rien mais deux églises dans le village…

IMG_2735

IMG_2736

Dans la chambre il y a deux fenêtres et une porte-fenêtre, les trois stores sont bloqués : deux en position fermé et un en position ouvert, dommage.

IMG_2728

Je ne peux ouvrir les fenêtres, j’opterai pour la porte-fenêtre : inondation dans la nuit qui, ouf, s’arrête à 5 cm de mes affaires.
La pomme de douche me reste entre les mains.
La douche à 6h du matin est froide.

IMG_2729

Tout cela n’est pas bien grave, le pire du pire : la cuisine !
Beaucoup de plats sont présentés mais vu le peu de pensionnaires (2) c’est la réceptionniste qui fait la cuisine. Donc le premier soir j’ai droit à des croquettes de pomme de terre surgelées et un steak de poulet panné également surgelé.
Le lendemain midi je trouve une pizza dans le village, à peine mangeable.

IMG_1079

Le soir j’opte pour une salade, je me dis que là je ne prends pas de risque de manger une nourriture industrielle surgelée et bien si !!! Ils ont réussi à faire que je n’ai pu la manger ! Bien sûr il y avait la salade mais aussi des croûtons chimiques, du gruyère râpé mille fois congelé et décongelé, des morceaux de poulet au goût bizarre et une sauce que plus chimique tu meurs…
La journée fut quand même agréable agrémentée de travaux de couture, soins du corps et petite sieste.
Les autres pensionnaires font un boucan d’enfer jusque minuit.
Dans la nuit je suis malade, ce qui me permet de regarder la météo, la pluie annoncée a fait place à des nuages.
Je décide de repartir le lendemain.
Surprise, par je ne sais quel tour de passe passe la chambre de 10€ est passée à 30€.
Malgré ces contre-temps j’ai aimé cet endroit…

Les chiffres :

Kilométrage : 9,90 km
Dénivelée positive : 14 m
Temps sur le vélo : 43′ 37’´
Conditions météorologiques : trombes d’eau à l’horizontale.

Bisous mes suiveurs

Ce contenu a été publié dans Hongrie, Voyage de l'espoir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à J106 En mode pause

  1. Jean-Marie dit :

    Repos forçé, et pas mal de déconvenues quand même.
    Comme pour les agriculteurs, c’est souvent le temps qui commande les cyclos!
    Même si on y peut rien, le tourisme en prend un coup.
    J’ai eu ma part en 2010!
    Courage, plein Sud!
    JM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *