J144 et J145 Tulcea

Les  23 et 24 août  2016

Ces deux jours sont consacrés à la recherche de sacs pour mettre mes bagages, de cartons pour envelopper mon vélo et d’un billet de bus qui accepte mon vélo.

IMG_1467

J’ai un coup de cafard quand ma tablette me lâche, un iPad quand même, me voilà complètement coupée du monde, de ma famille et de mes amis et je ne suis pas loin de craquer… Quelques heures plus tard mon iPad refonctionne, cela reste un grand mystère…
Et pour compléter le tableau, lors d’achats de sacs-poubelle pour envelopper mon vélo on en profite pour me voler l’argent que je viens de retirer elle au distributeur automatique.
Et me voila repartie pour quatre heures au poste de police et je suis assignée à résidence le lendemain, vrai de vrai, je vais craquer je vais craquer… Deux mois plus tard je recevrai à mon domicile une lettre en RAR m’informant que l’affaire est classée sans suite…
Au milieu de mes malheurs, le préposé à l’immigration qui parle trois mots de français s’inquiète de savoir si j’ai suffisamment d’argent pour retourner chez moi, soit il est sympa soit il veut se débarrasser de moi…
Un motard roumain émigré en Allemagne propose aussi de venir à mon aide… Bien sûr je refuse et je suis chaleureusement invitée, si je passe en Allemagne, à aller le voir…

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, je me suis installée sur le parking pour emballer mon vélo, je ne gène personne et le propriétaire de l’hôtel me jette. On m’installe sur l’abribus dégueulasse où il y a beaucoup de passage j’ai peur qu’on me vole mes affaires.
Tandis que je fabrique mon carton un homme se propose de m’aider, non ne se propose pas, s’impose, je reste sur mes gardes.

IMG_1469

Bien que surveillant les opérations, il n’a pas compris qu’il fallait une boîte qui ressemble à une boîte il fait plutôt un emmaillotage de mon vélo qui certes protégera mon vélo, mais qui je le pense ne sera pas du goût de la compagnie de bus Eurolines, j’essaie d’arranger le tout. Je n’ai jamais vu un carton aussi mal fait ! Tout juste s’il reste un endroit sans collant pour inscrire mon nom. L’homme bien sûr réclame de l’argent, et ce que je lui donne n’est pas suffisant, je double la somme et ça va. Dans ces manœuvres je suis obligée de laisser mon vélo et mes affaires sans surveillance, ouf l’homme est honnête et rien ne disparaît. Si je m’apercevrais après coup que  mes patins de freins de rechange ont disparus !

Il a fallu aussi que je négocie ferme pour avoir une nuit supplémentaire sinon il fallait que je refasse un déménagement de mes affaires et de mon vélo, et je ne peux porter seule mon vélo emballé…
Bref deux jours harassants.
La grande satisfaction, c’est quand je vais à vélo pour aller de ci de là, sans mes sacoches, je bombe…

Ah oui aussi je vais acheter mon billet de retour et ma croisière sur le delta du Danube.

Et puis je ne me laisse pas abattre…

IMG_1468

Pas de chiffres

Je préfère  ne pas prendre mon compteur pour ne pas me le faire voler.

Bisous mes suiveurs.

Ce contenu a été publié dans Roumanie, Voyage de l'espoir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à J144 et J145 Tulcea

  1. Jean-Marie dit :

    Ah le vol, quel fléau! C’est terrible, quand il faut tout faire à la fois, en hate, sans moyens, et qu’on est seul. Les humains sont bien les prédateurs de leur prochain!
    Et dire que rien n’est gratuit! (qu’on le veuille ou non!). Je compatis. JM

    • Francoise dit :

      À El Alto au dessus de La Paz je me suis battue pour récupérer mon appareil photo que j’avais acheté la veille pour remplacer le précédent volé, après coup je me dis que c’est idiot (quand même j’ai gagné). Je comprends le vol dans ces pays où ils n’ont rien et ils voient tout à la télé, reste que c’est toujours compliqué à gérer et ça coûte cher aussi !!!

Répondre à Jean-Marie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *