J280 : le plus beau jeu de pistes du monde 1ère partie : J5 : et ça continue encore et encore : le bonheur…

Vendredi 28 octobre 2011

Santiago de Callapa – Intersection Curahuara de Carangas
Distance parcourue : 45,17 km
Vmoy : 10,5 km/h Vmax : 48,4 km/h
Température : minimum : 14° maximum : 35°
Dénivelée positif : 164 m
Dénivelée négatif : 194 m selon compteur
Heures sur le vélo : 4H17’42 »
Départ : 8 h30
Arrivée : 15 h 30

Je quitte mon petit village et sa grande place à regrets…

Sa mairie qui m’a accueillie…

Ses femmes qui préparent les colliers de fleurs pour les officiels…

Pour rejoindre la route il y a une piste plus praticable que le chemin que j’ai emprunté la eille…

Ca c’est le repère pour les cyclos qui voudraient profiter de l’accueil de ce village…

Le temps est beau, le ciel un peu laiteux, la température affichée supérieure à celle ressentie, toujours le petit vent froid…

Je me fais un pique-nique génial sauf les épines qui vont me piquer de partout… Sauf le vélo ( à ce jour 6 pays et retour dans un, une seule crevaison et au jour où je publie, reretour dans un et toujours une seule crevaison…)

La route est quasi déserte et excellente…

Il n’y a pas de village, rien, rien que quelques ruines…

Et des quebradas…

Et encore des dangers…

Je suis fatiguée, gripette ? Altitude ? Suis toujours vers les 4200mètres…

Et puis, et puis…

Le beau arrive…

Le très beau…

Le très très beau

De nouvelles copines… ( Au fait j’ai mangé du lama, très bon, meilleur que la chèvre et le cuy…)

Qui traversent la route coolement…

Et… Non je n’ai pas abusé des feuilles de coca, des vaches…

Et un vélo perdu…

Et au loin… Serait-ce un volcan ?
Serait-ce le Sajama, le point culminant de la Bolivie ?

Et puis une église perdue…

Un vélo de plus en plus perdu…

Des villages abandonnés…

Du beau, encore du beau…

Là, c’est pour que Monica me donne ma position GPS…

Ce n’est pas ma faute si il y a
surabondance de beau…

Un écrin de rubis pour petit vélo qui peut pas passer sur les grands plateaux alors qu’il est déjà sur un grand plateau… (je rappelle pour ceux qui suivent à moitié 4200mètres), l’avenir me dira que comme d’habitude mon diagnostic était le bon, c’est le câble qui est abimé…

Il y a aussi surabondance de lamas…

Je vais dormir là…

Encore un repère pour les cyclos…

Je vais poser ma tente dans la cour d’une maison et profiter des lumières du soleil couchant…

Et de la montagne qui s’endort…

Voilà, bisous tout le monde

Ce contenu a été publié dans Bolivie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *