J281 : le plus jeu de pistes du monde 1ère partie : J6 : magique… Peut-on mourir de tant de beauté ? Si oui, je suis morte…

Samedi 29 octobre 2011

Intersection Curahuara de Carangas – Cruce Cosapa

Distance parcourue : 57,45 km
Vmoy : 9,9 km/h Vmax : 43,2 km/h
Température : minimum : 13° maximum : 35°
Dénivelée positif : 314 m
Dénivelée négatif : 326 m selon compteur
Heures sur le vélo : 5H40’44 »
Départ : probablement vers 8 h30
Arrivée : en fin d’après-midi

Magique, je vais vivre une journée magique…

Départ de mon bivouac sous l’œil intéressé du petit voisin qui m’explique tout sur le volcan Sajama…

Tout de suite je suis dans l’ambiance : le trop beau, le espectacular, le increible…

Et les lamas paissent…

Rares sont les maisons…

Excellente est la route…

La circulation quasi absente, les villages désertés aussi…

Le Sajama lui se rapproche…

Les quebradas attendent la saison des pluies, d’ailleurs je crois que je descends plus vite que le temps car maintenant on me dit plutôt décembre les pluies…

Et moi je suis subjuguée…

Formes et couleurs se disputent la place d’honneur…

Et les lamas paissent…

L’homme ajoute sa petite touche artistique…

Et miracle, j’arrive à prendre la gente volatile en photo…

Les lamas paissent, encore et toujours…

Couleurs et formes continuent de se chamailler…

De l’acéré passent au voluptueux…

Et la route gondole…

Et moi je crois que je vais vraiment mourir…

Là je n’en peux plus, je n’en peux plus…

Mon vélo aussi il va mourir d’émotion…

Et ça continue encore et encore…

Quand soudain…

Des rochers sortis du néant apparaissent…

Parfois seuls, parfois deux par deux…

Ouvrant une fenêtre sur le géant de ces lieux : le Sajama…

La végétation, un peu jalouse de cette beauté minérale fait aussi des efforts…

Et tout se mêle et se confond…

Il ne faut quand même pas perdre le sens de l’orientation et les panneaux sont un peu difficiles à interpréter…

Que de, que de rochers…

Le Sajama, jaloux lui aussi, se grime d’orage…

Et la cycloabuelafluo se cherche un endroit où dormir, un patio derrière un restaurant fera l’affaire… Excellente mauvaise idée, elle sera à l’ombre le matin et se caillera tout le temps de sa préparation…

Comme d’habitude les enfants curieux suivront le moindre de ses mouvements…

Voilà je vous ai livré le magique…

Dans mon carnet de notes j’ai écritque je repassais la barre des 4200, que la super forme revenait, que j’ai bénéficié d’un super beau temps le matin et que l’après-midi l’orage grondait, que je me suis fait un super pique-nique sandwich à la tomate, des pop-corn de quinoa, bananes et chocolat et que même j’ai eu chaud, et puis que en quelque minutes je perds 25°  et que le vent froid me glace… Que le vent va devenir terrible…

Voilà, journée magique, bisous tout le monde

Ce contenu a été publié dans Bolivie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *