J303 : le plus beau jeu de pistes du monde 1ère partie, J28, traversée du Salar d’Uyuni J2 : cap sur l’île Incahuashi

Dimanche 20 novembre 2011

Isla Pescado sur le Salar d’Uyuni – Isla Incahuashi sur le salar d’Uyuni
Kilométrage : 23,28 km
Heures sur le (ou à coté du) vélo : 2h11’35 »
Températures : min : 60°F, max : 95°F
Départ : 8 h
Arrivée : vers 10 heures 30

La nuit fut un peu perturbée par le vent, je ne suis pas abritée… La tente s’écrase sur ma tête, je change de coté, je me mets coté porte et peux enfin dormir un peu.

Levée quand même avec le soleil…

Je pédale « hors-piste », c’est un peu dur entre 8 et 9 heures, je ne vois toujours personne… (alors Jean-luc, n’aie pas peur des touristes..)

Je ne sais si l’île au loin est l’ïle Incahuasi.

Petit le point quand même… Mais il va grandir…

Je retrouve la « piste », je vais alors nettement plus vite et cela me rassure pour demain.

J’arrive sans problème à l’île qui est bien l’île Incahuashi…

Compte Jean-Luc, 1, 2, 3, 4 4X4, à mon arrivée ils vont fuir, je reconnais que d’autres viendront, mais ils m’ont laissé l’île à moi toute seule durant une heure…

Je vais, comme à chaque fois que j’arrive dans un endroit habité, me précipiter sur le restaurant…

Je suis interpellée par un homme qui voue une admiration sans bornes aux cyclotouristes et tient un livre d’or. Promis j’écrirais plus tard.

Je visite l’île seule, et oui, entre deux fournées de touristes…

Petite visite guidée de l’île, Attention Julien, c’est ton kdo de Noël, quant à toi ma petite soeur, j’ai trouvé un truc, pendant que tu seras au Pérou tu mets ton petit chérubin adoré dans cette île, certes il n’y a pas de net, mais à charge pour lui de compter le nombre d’épines présentes sur cette île…

Une forêt de cactus…

Que nous allons explorer ( à pied, on est pas maso, on veut pas risquer la crevaison…)

Les cactus sont grands…

Je ne voudrais pas gâcher votre plaisir, le coté pile des choses n’est jamais bien loin…

Dans l’île il y a aussi des cailloux…

En rangs serrés les cactus montent la garde devant le Salar…

Certains préfèrent être sentinelles…

Tous surveillent avec angoise le salar, le moindre 4X4 les effraie…

D’accord l’abuela-cyclo machin chose est minuscule, mais quand même sont grands…

Le chemin est quelque peu escarpé…

Le salar omniprésent (pour les esprits distraits je rappelle que nous sommes sur une île…)

Celui-là il est un peu prétentieux…

Celui-ci en fleurs, histoire de concurencer de sa blancheur le salar…

Continuons notre chemin…

D’accord il y en a des un peu tordus…

Ciel une touriste, ouf, elle est aussi cyclo…

Elle a franchement peur de rien…

Dans l’Isla Incahuasi il y a aussi des curiosités de la nature…

Qui jouent avec le ciel…

Et voici le maître de ces lieux…

Cet hiver (l’été pour vous) il a fait moins 25°, les petites pousses sont mortes, mais les gros vieux costauds ont résisté…

Après cette visite enchantée et solitaire je m’installe dans le refuge, certes sans sanitaires, mais il y a les sanitaires des touristes ouverts aux heures des touristes.

Ce refuge est magnifique…

Taillé dans la roche, simple, 4 lits sans draps ni couverture, 1 matelas debout au fond, un bureau, une chaise et surtout il est hyper lumineux, au plafond une tole en plastique jaune laisse passer une lumière dorée et de grandes baies vitrées courrent sur les murs, vue à 180° sur le salar…

Je commence par faire un peu de ménage, puis m’installe au bureau sur mon ordinateur.

Quand il sera déchargé je demanderai si je peux avoir de l’électricité, ici il y a des panneaux solaires, je crois avoir tué ma batterie par des sautes de courant, je vais rendre visite à apparemment le chef de l’île qui vit dans une maison très confortable et reste caché, je retrouve ici ce que j’ai remarqué à la Paz, les gens disons « nantis » se cachent, tout est secret… Il me branche sur le générateur, ouf ça remarche. Je lui saute au cou tellement j’ai eu peur, là c’est lui qui a eu peur…

Tiens j’ai de la concurrence, cherchez l’erreur, les dix premières bonnes réponses ont droit à une traversée du salar à pied, en solo, avec une brouette de nourriture et eau (ça déjà été fait)…

Ca a été difficile d’acheter de l’eau et quelques provisions mais j’y suis arrivée…

Le soir et en début de nuit un vent fou furieux va balayer l’île, pour sortir je suis presque à quatre pattes, je ne sais ce qu’il me serait arrivé si j’avais bivouaqué…

Bisous tout le monde

Ce contenu a été publié dans Bolivie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à J303 : le plus beau jeu de pistes du monde 1ère partie, J28, traversée du Salar d’Uyuni J2 : cap sur l’île Incahuashi

  1. ARDUIN-BOREL Mylaine dit :

    Comment avance t -il ce vélo?
    La personne qui s’en sers, le fait avec ses pieds sur la rou avant.
    Allez pas trop dur ta devinette, bisous, on est la 2 jours de la nouvelle
    année;

    • Françoise dit :

      Bon bin Marie-hélène, prends ton billet d’avion, inutile d’emmener ta brouette, tu en trouveras sur place, dis-moi de quoi il faut que je la remplisse, attention en Bolivie on ne trouve pas grand chose. Je me suis débarassée de la carte, essaie d’en acheter une en France, les cartes ici n’existent pas… D’avance je te souhaite une bonne traversée et tous mes voeux pour 2012 à toi, les tiens et tous les guibertins…

  2. JANODOU dit :

    Des photos superbes et la 17e a ma préférence avec le salar en fond blanc.
    Vraiment très chouette ta journée au salar. T’as du en prendre plein les yeux !
    Vite, vite mon vélo !!!!!!!!
    A bientôt Françoise et t’es encore de repos semble-t-il ?
    Profite un max.
    Bises à toi

    • Françoise dit :

      Plein, plein les yeux, et ce n’est pas fini, reste 70km de salar à traverser, oué moi j’ai fait durer le plaisir…
      Toujours de repos, boite encore, des progrés, au lieu d’avancer à 1 à l’heure j’avance à 2 à l’heure, les plaies des doigts sont presque guéries, le coude ne supure presque plus, le genou c’est pas ça. je ne suis pas encore en état de reprendre le vélo,je fais du gras,j’ai nauguré nutella céréales de trigo, pas mal du tout, j’ai dormi 2 heures cet après-midi, pas mal du tout, je vais voir si mon pantalon est sec poir sortir ce soir, resto au bord de l’eau, petit vin, musique, les vagues qui s’écrasent, les bateaux qui tanguent… La prison a beau être dorée, elle reste prison… Bisous à toi

      • JANODOU dit :

        A chacun sa prison dorée. La mienne c’est d’être encore ici pendant que je lis des récits dans des lieux splendides (laisse-moi encore rêver Enzo !) et entouré d’une grisaille météo digne de la Picardie. Mais je sais qu’en même temps je suis dans le confort tous les jours avec ma famille, dans des moments festifs et j’apprécie ces instants sachant que je resterai éloigné d’elle pendant de longs mois.
        Laquelle prison est la plus dorée ?
        Repose-toi bien et recharge tes batteries !
        Hasta pronto

  3. Elodie dit :

    Qu’est-ce qu’elles sont belles tes photos !!
    (faudrait que j’aille mettre le même message sur l’article suivant !)
    Paysages vraiment incroyables !
    Bisous ma ptite maman

  4. Francoise dit :

    Merci ma fille que j’aime et qui me manque… Mille bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *