J349 : Desierto de Atacama, 9ème attaque du vent, je ne me bats plus, je stoppe…

Mercredi 4 janvier 2012

Taltal-Panam
Distance parcourue : 28,35 km
Vmoy : 5,8 km/h Vmax : 17,4 km/h
Température : minima : 18°, maxima :35°
Heures sur le vélo : 4H52’40 »
Départ : 9 heures
Arrivée : vers 15 heures

Nuit un peu agitée, un groupe a fait du bruit tard hier et a remis ça tôt ce matin…

Je pars à 9 heures, le temps de ranger mes affaires et de charger.

Le ciel est couvert, la température affichée est de 23°, le ressenti est chaleur humide lourde.

Le départ est chaotique, mon cerveau a rapidement intégré mon vélo non chargé mais a encore plus rapidement désintégré mon vélo chargé…

La route monte, je tangue beaucoup, je n’arrive pas à mettre mon pied dans le pédalier, alors je le mets à terre. Pendant une heures 58 minutes et des milliards de secondes je vais pousser sur 8 km, ça monte et même dur. Il faut que je me rehisse sur le désert d’Atacama qui plane aux alentours de 1000 à 2000 mètres. Puis je vais pouvoir repédaler. Je souffre un max, quand je pense que je suis sortie d’Antofagasta sans aucun problème reliant cette ville à la Negra en un peu plus de deux heures, là il va me falloir plus de 4h30.

Quelque soit la couleur des tombes, maintenant elles me font froid dans le dos…

Mon genou et mon coude me font plus souffrir que le pied…

Le paysage est superbe, des gorges, moins désertiques mais très montagneuses accompagnent ma laborieuse montée…

Parfois une couche de couleur fait oublier le désert…

Une bifurcation propose la route 5 (la Panam) et l’aérodrome. La plupart des voitures se dirigent vers l’aérodrome, je suppose que ça coupe (effectivement ça coupe), mais ne voulant faire de fantaisies je prends la route normale. Sur la Panam, une posada, je mange très mal et je n’ai pas faim. Ils ne vendent pas d’eau . Je sens que je vais être juste, j’achète le soda citron franchement « dégeu ».

Je m’engage sur la Panam, la brema est très étroite et mauvaise. Le vent souffle maintenant très fort, plein ouest, je me le prends en plein sur la droite. Il y a pas mal de circulation. J’ai vraiment peur d’être jetée sur la route et qu’un camion m’écrase, alors je m’arrête.
Une autre posada 1km5 plus loin, ils ne font pas hôtel, juste
restaurant. Je demande à poser ma tente, j’avais dans l’idée de me mettre derrière pour être protégée du vent et du bruit de la
Panam. Ils me mettent dans un petit patio.

C’est vite l’horreur, les camions viennent profiter des toilettes et laissent tourner leur moteur et les monstres de la Panam rugissent. Je vais quand même réussir à dormir un peu. Je me sens très fatiguée et mes muscles me font beaucoup souffrir, la rançon de l’arrêt de dix jours. Je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de traverser le désert d’Atacama…Quand je pense que j’ai encore environ 400km à faire… Que je vais redescendre deux fois au niveau de la mer pour ensuite remonter…

Au restaurant où je me suis arrêtée, pas d’eau minérale non plus mais ils ont des citernes, je me réapprovisionne, je mettrai des pastilles. J’ai vu sur la route des camions citerne d’eau potable, je suppose que c’est ce qui alimente les rares restos sur le bord de la route (oué tous les 300km…).

Demain je vais essayer de partir très tôt pour avancer un peu avant que le vent ne me stoppe de nouveau, en revanche je ne prends aucun risque, les fractures ça suffit…

Bisous tout le monde

Ce contenu a été publié dans Chili, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à J349 : Desierto de Atacama, 9ème attaque du vent, je ne me bats plus, je stoppe…

  1. JANODOU dit :

    « en revanche je ne prends aucun risque, les fractures ça suffit… »
    Sage décision, chat échaudé craint l’eau froide ! (si je puis dire !!!)
    Est-ce raisonnable de plaisanter avec l’eau alors que je suis assis devant l’ordi et une tasse de café ?
    A bientôt Françoise
    Bises

  2. Cyril dit :

    j’ai pas mal de retard, mais je vois qu’enfin téton compteur nous redonne des °C ? Ca nous donne un meilleurs apercu.
    C’est p-e pas le bon endroit, mais j’ai bien recu le fichier google earth de ton parcours, mais il faut que je trouve le moyen de l’intégrer au site… Ce n’est pas encore gagné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *