J399 : tranquille…

Jeudi 23 février 2012

Pichelemu-Paredones

Kilométrage : 51,98 km
Heures sur le vélo : 5h19’23 »
Vmoy : 9,2km/h Vmax : interférences électromagnétiques
Dénivelée positif : 546m Dénivelée négatif : 645m ( bord de mer à bord de mer à assez au-dessus de la mer…)
Températures : de 60°F à 89°F couvert

Je quitte Pichilemu un peu tard car je voulais vous faire une surprise mais les choses ne se font pas toujours comme vous le souhaitez…

La veille j’ai enfin trouvé la carte du Chili et le guide touristique à la Station COPEC, amis
cyclotouristes, essayez de vous les procurer, ce sont les meilleurs.
Je vais faire une erreur, je me fie à la carte que j’ai, retardant l’étude de la nouvelle à plus tard.

Première difficulté : enjambement de surfs

A propos de surfs, j’ai discuté avec les surfeurs, ce ne sont pas des voleurs, donc je réfléchis au chemin que ma serviette a pu suivre. J’en viens à la conclusion qu’elle a du être ramassée avec les draps et serviettes de l’hôtel.
Plusieurs fois je reviens à la charge, ils ne la trouvent pas, ils me proposent une autre serviette bleue qui évidemment pèse trois tonnes, ça ne me va pas. Alors je prends les choses en main, où sont rangés les draps de l’hôtel ? Je vais chercher moi-même.
Horreur, c’est dans la chambre d’un membre du personnel, il y a des étagères qui occupent tout un mur et draps et serviettes sont entassés en boule… Les draps de ce jour ? On ne sait… Bon je m’attaque à la tache méthodiquement, au passage je plie leur
linge… Et ? Je retrouve ma serviette. Le chiffon jaune, j’abandonne et je le remplace par un autre… Dure la vie de cyclo…

Comme d’habitude je demande mon chemin, la route est magnifique et quasi déserte, malgré le ciel couvert et les températures qui ont chuté ça me va.

De temps en temps on aperçoit le Pacifique.

Les quelques maisons rencontrées sont sympas…

Bref c’est cool

Quand même, quand même, il ne faut pas rêver, ça monte…

Grandes forêts de pin et d’eucalyptus alternent avec des zones de culture, ici encore des vignes

Qui a volé tous les trucs réfléchissants, qui ? Il faut absolument que je le remercie car
toujours ils m’ennuient quand la brema qui ici ne s’appelle pas brema est étroite…

Et je vais faire une grosse erreur stratégique. Les jours suivants m’inquiètent un peu car c’est de la piste, je ne sais pas exactement où il y a des points d’eau et de ravitaillement, ce que je sais c’est que piste+ montée je n’avance pas vite et d’un coup (comme la nuit qui vient de tomber au moment où j’écris), je suis prise d’une immense fatigue et il faut que je m’arrête. Il y a plusieurs pistes qui toutes me laissent dubitative…Je me dis qu’il vaut mieux passer par Paredones que Bucalemu pour me ravitailler, très très grosse erreur, je vais me rajouter 30 à 40 km de piste, et quelle piste…

En attendant à Paredones ils n’ont jamais vu de touristes et encore moins de cycotouristes…  On m’indique la pension, pas chère où je serai très bien. Je choisis
le restaurant qui peut faire des pâtes, j’aurai même droit à pâtes et frites, le rêve, du coup je m’accorde un verre de vin chilien et après je n’écris pas mon article, je dors… Auparavant chacun y va de son petit couplet pour me dire où il faut passer… Évidemment
ils veulent me rabattre sur l’autoroute… Ou faire demi-tour et aller à Bucalemu, non…

Après coup, je pense qu’ils n’avaient pas vraiment tort les habitants de Paredones dont l’église a cent cinquante ou deux cents ans…

 Dont les maisons sont souvent de bois

Bois omniprésent…

  Bisous tout le monde

Ce contenu a été publié dans Chili, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à J399 : tranquille…

  1. Monica dit :

    Village plein de charme, de belles forets a traverser. La piste à nouveau dis-tu, alors je te souhaite plein de courage.
    Besos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *