J55 C’eût pu…

Le 26 mai 2016

Camping de Nevers – Bivouac à côté d’une route inconnue de tous (j’ai écrit Chein sur mon petit carnet mais impossible à retrouver sur une carte) : 43 km

img_0840

C’eût pu être une journée formidable…
Il y avait les beaux paysages, le calme, les rencontres.
Il y avait enfin le soleil, la chaleur, enfin les papates et les bras à l’air.

img_0834

Il y eut un pique-nique bucolique.

img_0835

Une signalisation excellente

img_0836

J’ai trouvé Decize très beau

img_0837

J’ai changé de canal

img_0838

Le supermarché était juste à côté de l’EV6 me permettant de ne pas me laisser dépérir…

img_0841

Il y eut le beau , et du beau et encore du beau…

img_0842

Un bivouac de rêve : petit chemin menant aux pâturages depuis une minuscule route où personne ne passe…

img_0839

Oui mais… Le vélociste, voulant me montrer comment changer la roue arrière sur le Rolhoff et n’y arrivant pas, soit disant que la gaine des câbles étaient trop grande et le gênait, j’ai essayé de lui suggérer que nous nous y prenions mal, non il connaît son métier… Je suis désolée, je pense que Vagabonde Cycles est plus compétent… Franchement j’ai eu peur, j’ai cru que jamais il n’allait pouvoir remonter ma roue.
Mon pneu dit-il est nickel.
Ma chaîne il la retend à mort, pire que la corde sur un arc…
Et mon vélo qui surfait se met à couiner, grincer, ça m’inquiète…
Chaque coup de pédale est une torture.
J’ai peur que le vélociste ait tout cassé et tout déréglé.
Au bivouac (de rêve malgré les moustiques mais la bombe « spécial tropiques » est très efficace) je tente de rerégler la chaîne, c’est qu’il a serré à mort ce con, je ne peux ( le con, le terme est approprié est le vélociste juste à côté du camping de Nevers, connu comme le plus mauvais des vélocistes de la région mais m’a-t-on dit, sa femme l’a quittée et il va mettre la clef sous la porte..). Un copain appelé à l’aide me suggère de faire levier et là idée de génie je prends le tuyau donné par Lucho de la casa de cyclistas de Trujillo (Perú) et je fais levier avec les deux autres clefs Allen à côté de mon minuscule truc multiples outils.
Moralité de l’histoire : Françoise prends confiance en toi et ne laisse plus personne toucher à ton vélo…
Quant à l’orage annoncé je l’attends et ma cruralgie elle est toujours là.

Les chiffres :

Kilométrage : 42, 55 km
Dénivelée positive : 281 m
Temps sur le vélo : 4h 08′ 08’´
Conditions météorologiques : beau temps chaud, une averse.

Bisous mes suiveurs

Ce contenu a été publié dans France, Voyage de l'espoir, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *