Le Vénézuela, projet au 15 novembre 2010

Le Vénézuela ( source wikipedia) ou République bolivarienne du Venezuela est un pays de la côte nord de l’Amérique du Sud.

À l’origine, le territoire de l’actuel Venezuela était habité par plusieurs peuples, dont des Caraïbes, des Arawakset des Cumanagatos.

Christoph Colomb fut le premier navigateur à atteindre cette région en 1498, lors de son troisième voyage. En1520, les Espagnols commencèrent à coloniser les îles et les régions côtières.  Coro, fondée en 1527, fut la première colonie d’importance. Les habitations des autochtones añu construites sur pilotis inspirèrent aux premiers explorateurs européens le nom de Venezuela, c’est-à-dire « Petite Venise ».

Géographie

Les plages du Venezuela attirent de nombreux touristes.

Le territoire vénézuélien s’étend depuis les environs de l’Équateur jusqu’au nord du onzième parallèle.

Sur le continent, le Venezuela possède des frontières avec la Guyane à l’est, le Brésil au sud, la Colombie à l’ouest, et lamer des Caraïbes au nord. On peut y distinguer trois grandes régions : la côte et les Andes au nord et à l’ouest, les plaines au centre et le massif guyanais au sud-est.

  • La pointe septentrionale de la cordillère des Andes culmine à 4 981 m auPic Bolivar. Elle enserre le lac Maracaïbo et se prolonge vers l’est en longeant la côte.
  • Les grandes plaines, appelées les llanos (plaines en espagnol) occupent le nord du bassin de l’Orénoque et de ses affluents Arauca et Apure. Le fleuve se jette dans lamer des Craïbes par un énorme delta marécageux qui occupe toute la région nord-est du pays (Delta Amacuro ).
  • Le sud du bassin de l’Orénoque, avec son affluent Caroni, est sauvage et souvent touristique. On y trouve un des hauts lieux touristiques du pays : les chutes de  Salto Angel hautes de près de 1 000 mètres, reconnues comme les plus hautes chutes d’eau au monde.

Il possède également 72 îles, dispersées dans la mer des Caraïbes et dans l’océan atlantique  regroupées dans les  dépendances fédérales.  Magarita est la plus grande et la plus importante.

La capitale du Venezuela, Caracas, s’étend d’est en ouest de l’autre côté de la cordillère côtière, à quelques 900 m d’altitude. Il faut compter environ une demi-heure pour parcourir la trentaine de kilomètres qui sépare l’aéroport, situé en bord de mer, de la ville. Près de 5 millions d’habitants habitent la métropole. Les quartiers pauvres s’appellent les ranchos. Des pluies diluviennes, suivies d’importants glissements de terrain dans des zones fortement peuplées proche de l’aéroport international Simon Bolivar (La Guaira – Etat de Vargas) ont fait des milliers de morts en décembre 1999. Cette triste page de l’histoire vénézuélienne est couramment appelée « La tragédie » par les autochtones.

Maracay, la seconde métropole du pays, est la capitale de l’Etat d’Araraga.

Les principales villes du pays sont :

Ville Population 2005 Aire métropolitaine
Caracas 3 000 000 5 000 000
Maracaïbo 1 200 000 2 600 000
Valencia 742 000 1 421 000
Maracay 850 000 1 385 000
Barquisimeto 895 000 1 100 000
Ciudad Guyana 747 000 780 000
Barcelona 425 000 600 000
San Cristobal 380 000 847 000
Ciudad Bolivar 320 000
Maturin 350 000
Mérida 205 000 350 000

Le Venezuela est un pays en voie de développement à revenus moyen-supérieurs.

Le pays est un important producteur de pétrole et un membre fondateur de l’OPEP Le Venezuela fait partie du Mercosur dont il est un membre effectif depuis 2006. Le pays possède une économie de marché. Cependant, le gouvernement de Higo Chavez déclare vouloir créer une économie socialiste par la révolution bolivarienne.

Le Venezuela est la troisième puissance économique latino-américaine en terme de produit intérieur brut, après le Brésil et le Mexique avec un PIB estimé de 350,1 milliards de dollars en 2009 selon la Banque Mondiale, mais macro-économiquement parlant, elle est la cinquième après le Brésil, Le Mexique, l’Argentine et la Colombie selon Le Fonds monétaire international (FMI).

Le PIB par habitant est de 12 785 dollars en 2008, soit un des plus élevés d’Amérique latine. Dans ce pays pétrolier, un plein de carburant coûte moins d’un euro(Drôle d’idée d’y aller en vélo…). Grâce aux exportations d’or noir, les caisses de l’État sont pleines et les centres commerciaux ne désemplissent pas. Le pouvoir d’achat au Venezuela est largement plus élevé que dans les autres pays sud-américains tels que l »Équateur ou le Pérou Les prix des denrées de base sont fixés par l’Etat, ce qui explique, selon l’opposition, la grave pénurie de lait, de sucre et d’œufs. Selon le gouvernement cette pénurie est due à un rachat de ces denrées par des multinationales.

Caracas est le centre économique, financier et industriel du Venezuela. Le pays est très industrialisé, 51% du PIB national provient des activités industrielles. L’industrie manufacturière est apparue dans le pays au cours du XXe siècle. Hormis le pétrole, le pays est un grand producteur d’acier, d’aluminium, de ciment et de pneus. L’industrie automobile est présente au Venezuela depuis les années 90, avec l’installation notamment de la société américaine Ford.

Il existe de très fortes inégalités sociales au Venezuela. Ainsi, près de 60% des habitants de Caracas s’entassent dans des favelas, alors que de 10 à 20% des Vénézuéliens n’auraient pas accès à l’eau potable et que, dans le même temps, le Venezuela est le pays ayant le plus de millionnaires en Amérique latine.

Le président actuel est Hugo Chavez Frias, depuis le 2 février 1999(réélu le 10 juillet 2000 et le 3 décembre 2006). Une tentative de déstabilisation économique aboutit à un coup d’État en avril 2002 qui avorte très rapidement suite à une forte mobilisation populaire en faveur du retour de Chávez et à la faiblesse de la coalition portée au pouvoir menée par Pedro Carmona.

Chaque état de Vénézuela est dirigé par un gouverneur élu lors d’élections au suffrage universel.

Musique

La musique du Venezuela est influencée par ses origines amérindiennes, africaine et hispanique. La culture autochtone est aujourd’hui présente dans la musique à travers certains instruments, entre autres le cameo, un tambour, et le botuto, une sorte de trompette. La culture hispanique a permis l’introduction de nombreux genres populaires, dont le galeron, le corrido et la gauracha. La musique populaire d’origine afro-antillaise est reine dans le cœur des Vénézuéliens. Le merengue, la cumbia et la salsa font danser et vibrer jeunes et moins jeunes dans l’ensemble du pays. Ces rythmes endiablés se sont frayé un chemin jusqu’au Venezuela, influençant les plus grands artistes contemporains du pays : Oscar D’léon est sans conteste le plus connu des salseros dans le monde.
L’instrument national par excellence est le « cuatro », similaire a la guitare, mais plus petit et doté de quatre cordes ; d’une très particulière sonorité, il est la base musicale de tous les « conjuntos criollos », petits orchestres créoles (du pays), appelés aussi « conjuntos de harpa, cuatro y maracas », qui accompagnent les chanteurs de joropo, de valses criollos, de jotas margariteñas, de gaitas maracuchas (de Maracaibo), etc. Depuis quelques années, le Venezuela a obtenu une notoriété mondiale grâce au système national d’orchestres symphoniques pour jeunes, avec plus de deux cent mille participants de tous les coins du pays et des quartiers les plus démunis ; ce système a democratisé et popularisé l’amour pour la musique classique de tous les temps.

Santé

Espérance de vie: 73,5 ans ( c’est pas mal)
Mortalité infantile : 19 pour 1000 naissances

Sécurité

Vous ne trouverez plus aucun mot sur la sécurité sur ce blog, voir mes explications sur article consacré à ce sujet, et vous rappelle « No quiero déjame morir lentamente », tant pis pour ceux qui ne comprennent pas…

Projet d’itinéraire

  • Atterrissage à Caracas
  • Taxi
  • Hôtel, éventuelle attente des bagages
  • Bus pour sortir de Caracas, en direction de Ciudad Bolivar ( dans la Guyane vénézuelienne), impossible d’aller au Vénézuela sans faire un coucou à son plus grand fleuve «  l’Orenoque »…
  • Objectif le « Salto Angel » littéralement le saut de l’Ange, il s’agit de la plus haute chute d’eau de monde (979 m), il me faudra abandonner mon vélo et prendre un bateau
  • Puis Caro ( à moins que séduite par la jungle et ses habitants je ne reste là-bas à jamais..), de préférence en ne prenant pas le même chemin, là aussi un ti bonjour aux plages vénézueliennes…
  • Puis Cordillère des Andes direction Trujillo et la Colombie

Vague, très vague, oui, vous n’aurez jamais un projet d’itinéraire plus détaillé, vu que sur place m’adapterai, à mon environnement (hommes et paysages, météo, aventures et mésaventures, rencontres, là où je peux dormir et où je ne peux pas, conseils prodigués sur place, et que sais-je encore…), m’adapterai à moi-même aussi (ma forme ou mon absence de forme, mes états d’âme et mes humeurs, mes envies ou mes non-envies, et puis si je trouve des petits coins de paradis y resterai un peu…), il est hors de question que j’ai un itinéraire précis et minuté…Essaierai quand même de communiquer au maximum par le biais du net pour ne pas laisser ceux que j’aime et qui m’aiment sans nouvelle et sms et tel réguliers avec mes enfants ( si réseau bien sûr, mais des fois à l’étranger en montagne il y a plus de réseau qu’en France (expérience de la Thaïlande, même les coins les plus reculés dans la montagne étaient couverts), il faut arrêter de croire qu’en France on est les meilleurs et que chez nous tout est mieux qu’ailleurs…

Voilà, bisous toutes et tous

Ce contenu a été publié dans Itinéraire, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *