Nouvelles brèves : mercredi 30 mai 2012

Bonjour à tous

L’aventure n’est pas finie, la vie est une grande aventure… Certaines sont plus faciles que d’autres, celle-ci est un peu plus difficile, mais vous me connaissez, je suis une tigresse…

J’ai fait le plus difficle, je ne peux expliquer tout cela…

Mes projets :

Profiter du démontage de mon vélo pour le nettoyer à fond, je bute sur la remontée du dérailleur arrière, je crois que je n’ai pas bien positionné la vis qui le fixe au cadre car la petite roulette touche les pignons, ayuda me, ayuda me por favor

Rester avec mes enfants le temps qu’ils me l’ont demandé c’est-à-dire jusqu’au 12 juin

Puis je rentre chez moi en vélo, ça fait longtemps que j’avais envie de faire ce trajet : Serre-Chevalier (près de Briançon pour les non connaisseurs) – Ferme de la Béoux à Jonchères (dans le diois pour les non connaisseurs), un col plus mes 20 virages plus mes 250 mètres de piste, vu le délestage avant de prendre l’avion, notamment la tente ça va un peu compliquer mais bon… Quant à mon courrier de 16 mois, je vais m’installer à coté des poubelles pour le trier et ça vite être vu…

Voilà puis j’attends le plus sereinement possible et je repars soit cette année soit l’année prochaine pour faire coincider avec la bonne période et la suite des évènements…

Et puis aussi je vais répondre à chacun et continuer mes articles et commencer à écrire mes livres…

Je vous invite à écouter la chanson qu’un chilien m’a chanté lors d’une rencontre après la descente du grand huit après le paso Christo Redendor:

http://www.youtube.com/watch?v=Lj-W6D2LSlo

Les paroles sont du poète Antonio Machado : caminante, no hay camino,
 se hace camino al andar

Todo pasa y todo queda,
pero lo nuestro es pasar,
pasar haciendo caminos,
caminos sobre la mar.
Nunca perseguí la gloria,
ni dejar en la memoria
de los hombres mi canción;
yo amo los mundos sutiles,
ingrávidos y gentiles,
como pompás de jabón.
Me gusta verlos pintarse
de sol y grana,
volar bajo el cielo azul,
temblar súbitamente y quebrarse…
Nunca perseguí la gloria.
Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace camino
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante no hay camino
sino estelas en la mar…
Hace algún tiempo en ese lugar
donde hoy los bosques
se visten de espinos
se oyó la voz de un poeta gritar:
“Caminante no hay camino,
se hace camino al andar…”
Golpe a golpe, verso a verso…
Murió el poeta lejos del hogar.
Le cubre el polvo de un país vecino.
Al alejarse le vieron llorar.
“Caminante no hay camino,
se hace camino al andar…”
Golpe a golpe, verso a verso…
Cuando el jilguero no puede cantar.
Cuando el poeta es un peregrino,
cuando de nada nos sirve rezar.
“Caminante no hay camino,
se hace camino al andar…”
Golpe a golpe, verso a verso…

Bisous tout le monde

Ce contenu a été publié dans Argentine, Divers, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Nouvelles brèves : mercredi 30 mai 2012

  1. Mylaine dit :

    Tu devrais nous traduire les paroles en français, pour ceux qui ne connaissent pas
    la langue. Car la chanson est jolie à écouter, mais je ne comprends pas les paroles.
    Merci Bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *